Faut-il draîner les Reins ?

Faut-il drainer les reins ?

(cet article doit nous faire comprendre que ces deux éléments vitaux de notre Vie… LES REINSdoivent recevoir notre aide pour cette élimination, avec une bonne alimentation et en buvant une eau alcaline vous participez grandement à cette fonction…)

position des reins

A une époque où l’on parle de drainage dans tous les magazines féminins, et dans toutes les boutiques de santé naturelle, je pense important de refaire un point sur ce sujet. En effet, les reins sont un organe déterminant dans le maintien de notre énergie vitale et les drainages mal contrôlés peuvent être dévastateurs. Il y a mille et une techniques de drainage ; nous ne parlerons que des drainages avec des plantes qui augmentent les éliminations rénales.

Que draine-t-on ?

Qu’est-ce que les reins évacuent ? De l’eau, bien sûr, comme vecteur de transport d’un tas de déchets. Ces déchets sont à la fois des déchets du métabolisme normal, des déchets pathologiques et des déchets issus de la pollution alimentaire et environnementale.

Les plantes drainantes des reins ne sont pas toutes équivalentes ! Certaines vont être plus puissantes que d’autres, et, selon la plante, elles ne vont pas éliminer la même chose.

Chaque plante a tout ou partie des qualités suivantes :

  • Un pouvoir diurétique (augmentation de l’élimination de l’eau) plus ou moins important
  • Une capacité à éliminer l’acide urique et/ou l’urée et/ou l’ammoniaque,
  • Une capacité à éliminer certains minéraux en excès (sodium, chlore …)
  • Une capacité à éliminer d’autres types de déchets (médicaments, drogues …)
  • Une capacité désinfectante (en cas d’infection urinaire).

En principe, le phytothérapeute ou le naturopathe doit savoir choisir LA plante adaptée au patient. Attention à ne pas consommer la même plante que votre meilleure copine !

Qui doit drainer ses reins ?

  •   Tout le monde aux changements de saison

A moins d’avoir une alimentation très pauvre en protéines animales, une bonne hygiène de vie (repos, pas de drogues …) et une vie quasi exempte de stress, vos reins ont déjà pas mal souffert. Le mode de vie occidental ralentit les fonctions rénales, ils sont très vraisemblablement obstrués par des toxines dites « lourdes », que les reins ont beaucoup de mal à évacuer et un grand nombre de néphrons, souvent la moitié, sont souvent déjà détruits autour de la quarantaine. De ce fait-là, tout le monde devrait songer à protéger sa fonction rénale, par l’hygiène de vie (la seule vraie prévention) et par des cures une à deux fois par an, aux changements de saison, mi-mars et mi-septembre. Encore faut-il savoir s’y prendre ! Ne jouez pas aux apprentis sorciers et consultez un spécialiste. Évitez à tout pris d’acheter le remède à la mode ou celui de votre copine.

Pour certaines personnes, il y a urgence à relancer la fonction rénale. Mais la cause première de l’hypofonctionnement des reins n’est pas forcément à chercher dans une « paresse » ou dans une maladie des reins ! Si les reins fonctionnent mal, rien de sert de les booster : bien souvent, il faut regarder plus haut.

  •    En cas de rétention d’eau ?

Au début de l’été, c’est la mode des régimes et les femmes aiment boire des cocktails drainants pour mincir. La plupart des draineurs va donc augmenter l’évacuation de l’eau corporelle par les reins.

Souvent, les personnes qui font de la rétention d’eau ont peur de boire. – Erreur : il faut augmenter la boisson car il faut relancer la circulation de l’eau. Mais en choisissant bien le type d’eau et en surveillant les éliminations. Surtout, ne buvez pas d’eau glacée ! Cela favorise la « gonflette » ! –

Alors, imaginez : ces personnes qui ne boivent quasi pas d’eau et prennent des draineurs pour les reins. C’est la catastrophe.

Premièrement, cela peut créer un état de déshydratation cellulaire !! Quand on prend un draineur, il faut boire 3 à 4 litres d’eau par jour. Autrement, vous mettez votre corps en danger, alors que vous pensez lui faire du bien !

Deuxièmement, quand il y a rétention d’eau, c’est qu’il y a un état chronique sous-jacent : engorgement hépatique (empêchant la remontée de la lymphe), hémogliase (sang trop épais car trop chargé en toxines et par manque d’eau), acidose tissulaire (par consommation excessive de protéines animales notamment).

Augmenter la diurèse avec des diurétiques est alors non seulement inutile mais dangereux. La rétention d’eau est ici pathologique et elle annonce des désordres de santé bien plus graves si des corrections sérieuses ne sont pas apportées au mode de vie.

  •   Les personnes en état d’acidose ?

Le grand mal du siècle, c’est l’acidose : le corps s’acidifie massivement du fait d’un tas de facteurs conjugués comme la consommation quotidienne de chairs animales, le stress, le tabac, la pollution, le manque d’exercice physique … Quand les tissus deviennent acides, le corps neutralise les acides avec des éléments alcalins pris dans l’alimentation et, la plupart du temps aussi (vu les carences de l’alimentation moderne), dans vos cartilages et dans vos os. Les molécules résultant de ces réactions chimiques sont des sels très difficiles à évacuer par les reins (urate de calcium …), causant entre autres des calculs rénaux … et parfois des coliques néphrétiques. Les reins souffrent et les néphrons meurent en grand nombre.

L’urgence, ici, est d’alcaliniser les tissus : pas avec des eaux minérales (aïe !!! celles-ci pourraient bien achever de bloquer vos reins !!) mais avec une alimentation complète Bio et, si besoin, un protocole de traitement naturopathique pour les acidoses anciennes et importantes.

Prendre un diurétique n’aurait pas de sens. Vous perdriez le peu d’énergie qu’il vous reste et vous finiriez sur les rotules, épuisés par la cure. Effectivement, certaines plantes augmentent l’élimination de l’acide urique mais trop peu pour vraiment remédier à la situation et ce type de drainage vide l’énergie des reins qui est l’énergie fondamentale !

Quand drainer les reins et combien de temps ?

Seul un thérapeute expérimenté saura déterminer adéquatement la saison adéquate, le type de remède et la durée de la cure. Sachez déjà que :

  • toute plante drainante contient des principes toxiques pour l’organe drainé, ce qui entraîne une chasse (le drainage) mais du coup aussi une grande fatigue,
  • drainer fortement est dangereux lors des saisons trop froides ou trop chaudes car les grands écarts de température mobilisent notre force vitale

La question des parasites

Dans tout ça, les grands oubliés des temps modernes, ce sont les parasites.

Or, la population française est en grande partie envahie par les parasites intestinaux, rénaux, pancréatiques … et néglige totalement les déparasitages. Bien souvent, un travail préliminaire sur ce plan suffit à débloquer des problématiques de rétention d’eau, de prise de poids, de teint terne, de fatigue …

Avant même de drainer les reins, il faut donc aussi songer à déparasiter l’organisme. Vos organes vous en seront reconnaissants !

verre d'eau

buvez même sans soif ! (1,5 à 3 litres par jour selon morphologie, activités et climat)

Pour terminer, le premier grand draineur des reins c’est l’eau !!! Mais pas n’importe laquelle : l’eau filtrée et débarassée de ses impuretés, pollutions etc …l’eau alcaline est véritablement un excellent choix pour éliminer vos déchets accumulés et dont le pH est supérieur à 7.

Attention aux eaux chargées en minéraux (exp. l’eau en bouteille  est très peu drainante)

HYDRAULIQUE HUMAINE

Notre réseau hydraulique.Une partie de notre réseau hydraulique qu’est le système lymphatique transporte la lymphe, celui ci déverse la lymphe dans le sang. Pour vivre, notre corps a un besoin impératif d’eau, la meilleure qui soit, environ 2 litres par jour sont nécessaires, à notre métabolisme pour un travail léger sous des climats tempérés ; ces besoins dépendent de la morphologie de chacun, du travail réalisé, des conditions climatiques, …

Plus de la moitié de l’eau provient de la nourriture, l’autre moitié doit provenir d’apport par des boissons, prises de préférence en dehors des repas afin d’harmoniser cet apport au cours de la journée. Une fois dans l’organisme, l’eau est récupérée rapidement par les organes de la digestion et continue son transit grâce au système sanguin.

La composition du sang
Le sang total est un tissu vivant qui circule à travers le cœur qui en est la pompe, les artères, les vaisseaux capillaires et les veines pour y alimenter toutes les cellules humaines en énergie due à l’oxygène, nutriments, électrolytes, minéraux, hormones, vitamines et ramener les déchets, le dioxyde de carbone, l’ammoniac provenant des protéines, ….
Le plasma constitue 55 % du volume du sang total.

Formé d’eau à 90 %, le plasma est un liquide clair et riche en protéines.
On retrouve dans le sang un nombre considérable de cellules en suspension : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Il comprend également diverses protéines dont, sa principale, l’albumine, le fibrinogène et les globulines contenant les anticorps.
Les globules rouges (hématies) 35 % du sang, ont pour fonction le transport de l’oxygène. Une goutte de sang de la grosseur d’une tête d’épingle contient environ 5 millions de globules rouges. Il s’agit de petits disques biconcaves sans noyau, de couleur rouge due à une protéine appelée hémoglobine contenant du fer.

Chez les femmes, la masse des globules rouges occupe de 37 à 43 % du volume; chez l’homme, elle est de 43 à 49 %. Les globules blancs, ou leucocytes, (neutrophiles, basophiles, acidophiles ou éosinophiles, et lymphocytes, …), un peu plus gros que les globules rouges, remplissent diverses fonctions de purification et de protection contre les infections. En effet, dès qu’une infection est présente dans un endroit du corps humain, les globules blancs s’y rendent pour la combattre.

On en retrouve de 6.000 à 8 000 par millimètre cube de sang. Munis d’un noyau, les globules blancs prennent des formes diverses pendant qu’ils circulent à travers les vaisseaux et pénètrent toutes les parties du corps.

Les plaquettes (thrombocytes) qui forment avec les globules blancs les 10 % du sang, sont des cellules sanguines plus petites que les globules. Les plaquettes ont pour fonction de contribuer à la coagulation sanguine et à la cicatrisation des plaies. Leur action coagulatrice se met en branle lorsqu’un vaisseau sanguin est lésé : les plaquettes activées se combinent à la fibrine, dérivée du fibrinogène, pour former un caillot.

Les globules rouges et blancs ainsi que les plaquettes doivent se renouveler. C’est la fonction de la moelle osseuse, un tissu mou, gélatineux et riche en graisse que l’on retrouve dans le centre des os du corps. Son rôle est de fabriquer ces cellules sanguines.

Chaque cellule du corps doit être baignée de ce liquide nutritif, c’est pourquoi le sang ne peut rester confiné dans les vaisseaux sanguins. C’est ainsi qu’au niveau des capillaires la partie liquide, et les globules blancs quittent en grande partie les capillaires et baignent les cellules. On parle alors de liquide interstitiel ; c’est ce liquide interstitiel qui rejoint ensuite soit les vaisseaux sanguin du circuit « retour », donc veineux, soit par de nouveau vaisseaux qui prennent naissance le long des veine, ce sont les vaisseaux lymphatiques. On parle à ce moment de système lymphatique.

Le travail des reins
Ce sont les reins qui, sous information hormonale, règlent la quantité d’eau nécessaire au bon fonctionnement de tous les autres organes. Les reins sont deux filtres de haut niveau du circuit sanguin. C’est par le sang que les reins sont approvisionnés. 1800 litres de sang sont filtrés chaque jour par les reins soit 400 fois notre quantité globale de sang. Nous fabriquons, donc par jour, en moyenne 180 litres d’urine, mais, heureusement une bonne partie, eau est molécules utiles son récupérés. Ceci sous dépendance hormonale. Seulement un litre sera éliminé, et encore cela dépend par exemple de la température.

Pour que l’organisme fonctionne bien, il doit contenir une certaine quantité d’eau.

L’un des principaux rôles du rein est de débarrasser l’organisme des surplus d’eau ou de retenir l’eau lorsque l’organisme en demande davantage. Les reins équilibrent les produits chimiques, produisent des hormones et éliminent les déchets. Pour le bon fonctionnement de l’organisme, les nombreux éléments du sang et les liquides de l’organisme doivent être maintenus à un niveau quasi constant, quantité et composition. Les reins ne sont donc pas seulement des filtres, mais des glandes importantes aussi.

Les minéraux sont prélevés de la nourriture et des boissons via l’estomac, par les intestins ; ils sont amenés vers les reins par le sang. Le sodium et le potassium sont des minéraux qui proviennent des aliments solides et permettent un équilibre métabolique des liquides, ils sont indispensables pour la conduction nerveuse, la peau … Les reins contribuent en outre à régulariser les niveaux d’autres minéraux, comme le calcium et les phosphates, qui sont importants dans la formation des os. Les surplus de minéraux sont excrétés dans l’urine. Par exemple une personne qui prend des diurétiques doit surveiller qu’elle ne perde pas trop de potassium.

Ainsi les reins produisent des messagers chimiques appelés hormones. L’une de ces hormones, la rénine (la rénine est une protéine longue de 340 acides aminés), aide à régler la pression sanguine. Une autre hormone, l’érythropoïétine, aide la moelle à produire des globules rouges. Les excédants d’urée et de créatinine doivent aussi être éliminés.

L’urée est une molécule qui permet d’éliminer un important déchet toxique, l’ammoniac, qui provient de la décomposition des protéines : viande et les produits laitiers, en particulier.

Un dérivé urinaire de la créatine phosphate (qui sert de réserve énergétique aux muscles) est, par son dosage, le moyen le plus simple pour évaluer le fonctionnement des reins ; ce qui est souvent nécessaire chez un cancéreux.

La créatinine, libérée par le muscle, est filtrée par le rein ; sa concentration augmente dans le sang, si l’élimination rénale est perturbée (insuffisance rénale).
L’urée, l’acide hippurique et la créatinine en excès dans le sang sont toxiques. Les reins équilibrent la composition interne de notre organisme en retenant la quantité exacte de minéraux et en éliminant les excédants momentanés.

La fonction première des reins est d’éliminer les déchets du sang et de distribuer ensuite le sang purifié dans le corps.

Chaque minute, environ 1/5 de tout le sang pompé par le cœur entre dans les reins par les artères rénales. Le sang passe ensuite par de minuscules filtres des reins appelés néphrons. Chaque rein contient environ un million de néphrons. Les reins, après le filtre des néphrons, peuvent grâce à leurs anses de Henlé, avoir deux fonctions principales :
– conserve, récupérer, les substances utiles à l’organisme, ces substances retournent dans les cellules du corps par les veines rénales.
– éliminer les surplus en éléments nutritifs, de déchets et d’eau dans l’urine.

Personnes à risques vis-à-vis des maladies rénales :
– les diabétiques;
– les personnes souffrant d’hypertension;
– les proches parents d’une personne ayant une maladie rénale héréditaire ;

Symptômes à prendre en considération :
– urine sanglante ou trouble;
– formation d’un excédent de mousse lors de la miction;
– enflure autour des yeux, des mains et des pieds, particulièrement chez les enfants;
– besoin fréquent d’uriner, surtout la nuit.

Le rein normal peut augmenter considérablement sa charge de travail. Lorsque l’on perd un rein, l’autre augmente de volume et accomplit le travail des deux. Par contre, lorsque les deux reins cessent de fonctionner, les déchets et les liquides s’accumulent dans le corps et l’on doit recourir à la dialyse (nettoyage externe du sang par une machine ou par un tube introduit dans l’abdomen) ou à la transplantation rénale. L’accumulation d’urée dans le sang a le nom d’urémie, c’est une situation d’extrême urgence car c’est un empoisonnement mortel du sang.

Détection de maladies rénales :
Vérifier la pression sanguine régulièrement. L’hypertension, si elle n’est pas contrôlée, peut accélérer le cours naturel d’une maladie rénale en latence. Si vous souffrez du diabète, assurez-vous que votre maladie est contrôlée. Un nombre de plus en plus grand de personnes aux prises avec une maladie rénale sont des diabétiques.

Soyez très prudents à l’égard des médicaments sans ordonnance, surtout les calmants. Avant de prendre des médicaments en vente libre, il est sage de se renseigner auprès d’un médecin. Certains autres médicaments, produits toxiques, pesticides et drogues de tous genres peuvent aussi endommager vos reins. Votre médecin peut vous expliquer les troubles reliés à l’usage prolongé de ces divers agents.

La vessie
L’urine qui contient 95 % d’eau est transportée par les uretères dans la vessie d’une contenance moyenne de 60 cl, elle y demeure jusqu’à ce que nous urinions. Le besoin d’uriner se fait sentir à partir de 25 cl. Les reins normaux produisent de 1 à 1,5 litres d’urine chaque jour, selon la quantité de liquide que vous buvez et l’eau que vous évaporez par les poumons et la peau.

Un organe complémentaire des reins : LA RATE
La rate a un rôle dans l’épuration sanguine. Elle capte aussi bien les germes que les cellules vieillies ou dégénérées. Elle en assure ensuite l’élimination. Ce rôle est favorisé par la structure de l’organe. Le sang circule dans une multitude de petits vaisseaux entourés de cellules de défense (cellules lymphoïdes).

Des cellules repèrent les bactéries et les cellules altérées, fabriquent des anticorps, d’autres les détruisent. Située dans la région supérieure gauche de l’abdomen, la rate était considérée comme à l’origine de l’atrabile, ou bile noire (la mélancolie), responsable des cancers selon la théorie des humeurs proposée par Hippocrate.

C’est un organe lymphoïde qui joue un rôle important dans l’immunité et dans la destruction des cellules sanguines vieillies (en particulier des globules rouges). Elle est rarement atteinte par un cancer. Son volume peut être augmenté (splénomégalie) en cas de lymphome. Les lymphocytes malins se multiplient dans la rate comme dans des ganglions lymphatiques. La rate est exceptionnellement le siège de métastases, rareté qu’on explique par le rôle immunitaire du tissu lymphoïde qui la constitue. La rate est parfois le siège d’un engorgement (stase) veineux dû à une atteinte du foie où aboutit la veine splénique. L’élimination des toxines prélevées se fait donc par le foie.

AMAROLI, URINOTHERAPIE OU THERAPIE PAR L’URINE.

L’urine n’est pas un déchet toxique, mais du sang filtré. Elle est donc aussi importante que le sang. L’urine peut fournir à l’organisme les substances bénéfiques dont il est chargé :
– vitamines,
– acides amines,
– minéraux,
– hormones,
– enzymes,
– anxiolytiques,
– cortisone naturelle,
– anti-inflammatoires,
– anticorps,
– neurotransmetteurs,
– anti-douleurs…

L’urine contient une grande quantité de dérivés des médicaments que nous avons pris. Le seul grand poison qui doit être éliminé est précisément l’Urée, synthétisée au départ de l’ammoniac, dérivée des protéines, et tout à fait toxique. Si elle reste dans le sang on parle d’urémie, le plus souvent mortelle. Toutes ces substances vivantes que l’urine contient ont des effets nettoyants, et régénérateurs.

L’urine contient outre l’urée et la créatinine de l’urokinase.
L’urée contenue dans l’urine est un déchet, certes, mais lorsqu’elle passe dans le tube digestif, elle est transformée en glutamine, précieuse pour les systèmes nerveux et musculaires. L’urokinase est une enzyme précieuse, nettoyant souverain, fluidifiant idéal, qui gardera au cœur et au système circulatoire, une netteté sans pareille. Cette propriété est très intéressante en cas d’artériosclérose, de thrombose artérielle, d’embolie pulmonaire.

À propos de marlykangen

BONJOUR J'aime à partager les valeurs de cette Eau Kangen, je pense sincèrement comme quelques scientifiques que nous sommes au carrefour d'une prise de conscience de notre bien être, les systèmes de soins devront à l'avenir prévenir naturellement nos désordres. Aujourd'hui, à mesure que notre société évolue, son thème principal est l'emploi actif de l'Eau Kangen dans la lutte contre le vieillissement et de l'eau acide pour une hygiène naturelle pour vous et votre maison. Uniquement les personnes qui ont utilisés l'Eau Kangen® et en apprécient les avantages, peuvent partager leur enthousiasme honnêtement avec d'autres personnes. AVEC LA SOCIÉTÉ ENAGIC ET L'EAU KANGEN...VOUS POSSÉDEZ LE MEILLEUR ! Merci de vous inscrire et de laisser vos commentaires... après consultation et médiation chaque commentaire aura sa réponse. SAUF LES MESSAGES PUBLICITAIRE
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.